Le jeu d'Obama

Exclusif : le Hezbollah capture un officier de la CIA à Alep, commandant al-Qaida

Par Nahed Al-Husaini, directrice du bureau de VT à Damas, le 22 mai 2016

http://www.veteranstoday.com/2016/05/22/exclusive-hezbollah-captures-cia-officer-in-aleppo-commanding-al-qaeda/

… et les Etats-Unis essaient toujours de maintenir qu’al-Qaida, dorénavant démasqué en tant que filiale de la CIA, a aidé Israël et l’Arabie Saoudite lors du 11 septembre …

Le jeu de la dernière chance. Qui va gagner ? Un agent de la CIA aux mains du Hezbollah. DESI : Al Nusra va mener une opposition modérée

Exclusif par … Nahed Al-Husaini, Chef du Bureau de VT à Damas (Syrie)

Introduction de Gordon Duff

Veterans Today a désormais deux sources qui confirment qu’un agent américain de la CIA a été capturé cette semaine près du Mont Siméon, aux environs d’Alep. L’Américain faisait partie d’un groupe dirigeant un poste de commandement de Jabat al-Nusra, la « filiale » d’al Qaida en Syrie. La CIA a démenti l’information, mais a déjà laissé entendre de racheter leur agent par l’intermédiaire d’une tierce partie.

VT avait rapporté en exclusivité la capture d’un conseiller Israélien de l’EIIL en Irak en octobre 2015, alors qu’en avril de cette même année, la Delta Force américaine (un groupe fondé à l’origine par un membre du Conseil d’administration de VT) a eu beaucoup de mal à récupérer un général Américain en retraite menacé par des Spetznaz (nom russe des forces spéciales) syriens près de Deir ez-Zor. Extrait d’un reportage exclusif de VT :

http://www.veteranstoday.com/2015/10/21/breaking-story-israeli-general-captured-in-iraq-confesses-to-israel-isis-coalition/

http://www.veteranstoday.com/2015/05/24/breaking-delta-force-raid-on-syria/

Le général américain opérant dans le district Al Amr de Deir ez-Zor, un centre de commandement et de contrôle entre Mossoul et le quartier-général militaire de l’EIIL en Syrie, al Raqqa, devait selon des interceptions de transmissions codées par la NSA, être la cible d’une équipe de Spetznaz Syriens. Les Syriens se basaient sur des renseignements obtenus d’un officier Saoudien capturé deux semaines auparavant près d’Idlib, une ville proche d’Alep.  

Si la Syrie pouvait capturer un militaire Américain de haut rang à l’intérieur de ses frontières, apportant la preuve inéluctable de la complicité Américaine dans le commandement opérationnel des forces militaires de l’EIIL, les Russes et les Chinois ne pourraient plus se permettre d’ignorer la nature de l’agression sur la Syrie, selon des sources haut placées à Damas.

Selon un reportage confirmé en Syrie et en Irak, l’équipe de la Delta Force a décollé d’une base secrète dans l’ouest d’Anbar, à faible distance du fleuve Euphrate, pour réaliser l’exfiltration de l’agent embarrassant de la CIA et « nettoyer à fond » l’installation de l’EIIL, n’épargnant que les chèvres et les poulets.

Des sources haut placées ont raconté à VT que le Hezbollah avait capturé quatre officiers de renseignement dans une installation militaire près de Khan Toman, le bastion d’al-Nusra, le 12 mai. Les officiers sont de nationalité américaine, française, turque et saoudienne. Ils dirigeaient le centre d’opérations conjoint avec des dirigeants d’al-Nusra.

Khan Toman est un village dans la région montagneuse de Samaan. C’est à environ 10 km au sud-ouest d’Alep, où se trouvent d’énormes silos à grains.

Les Etats-Unis sont actuellement en train de resserrer le nœud sur le Hezbollah pour tenter de priver le Parti de ses ressources financières en représailles de son alliance avec le régime d’Assad. L’Iran est le principal fournisseur d’armes du Hezbollah. Le dirigeant du Parti Hezbollah Hassan Nasrallah s’est récemment engagé à combattre et à faire avorter le projet Américano-Israélien dans la région en affirmant que le « Parti a fait une bonne prise », sans entrer davantage dans les détails.

AleppoL’opération clandestine du Hezbollah a été montée après que 9 combattants de la garde révolutionnaire Iranienne aient été tués à Khan Toman, lors des combats avec al-Nusra. La bataille pour Alep gagne en intensité actuellement et les Russes et leurs alliés travaillent jour et nuit pour évincer les gangsters armés des zones qu’ils contrôlent encore avec l’aide de puissances étrangères.

On pense que des agents de la CIA conseillent à présent l’EIIL et al-Nusra pour leurs opérations subversives ; en même temps le DESI a confirmé qu’il y avait déjà des experts des forces spéciales américaines opérant à l’intérieur de la Syrie, principalement dans les régions Kurdes, Daraa et Kuneitra, pour  tenter de faire pencher l’équilibre militaire en faveur de l’opposition.

Le DESI dit également qu’il y a 5000 mercenaires de « Blackwater », dont beaucoup sont recrutés au Soudan, en Jordanie attendant le signal du Pentagone pour pénétrer en Syrie et rejoindre les militants, particulièrement à Daraa, où les combattants d’al-Nusra sont en majorité. L’infâme groupe de mercenaires, selon des sources du DESI, est censé être dirigé actuellement par l’agent d’extrême-droite du GOP (Parti Républicain) et « magnat du savon » Richard DeVos (et sa femme Betsy) d’Ada, dans le Michigan, beau-frère du responsable « Erik Prinz », et également coordinateur des opérations au Yémen.

Le secrétaire du Département Européen pour la Sécurité et l’Information (DESI), le général Haissam Bou Saïd a déclaré : « Al-Nusra sera le paravent américain pour unifier l’opposition modérée. Si les Etats-Unis et la Russie échouent à se mettre d’accord sur les questions à résoudre, la région du Moyen-Orient sera mise à feu et à sang, pourtant c’est sur le terrain que tout se décidera ».

Bou Saïd a révélé que l’OTAN est actuellement incapable de s’opposer militairement à la Russie en Europe. C’est ce qui donnera aux Russes une marge de manœuvre considérable au Moyen-Orient.

La deuxième CIA

Des sources à l’intérieur de la communauté du renseignement Américaine, racontent cependant une autre histoire. Elles indiquent une faille entre une « deuxième CIA » dirigée par des prestataires externes de l’ère Bush qui sont au centre de commandement de l’organisation, des groupes qui sont désormais au service de l’Arabie Saoudite et des Etats du Golfe, en utilisant des ressources de la CIA y compris l’énorme base de la CIA au Kosovo, le Camp Bondsteel et la célèbre installation des opérations secrètes de la CIA au Centre de soutien de la Navy Américaine à Dubaï, et la « vraie CIA », peu importe ce que cela recouvre.

Il y a des rumeurs à Washington selon lesquelles aussi bien le FBI que la NSA enquêtent sur les opérations de la CIA en Syrie. Un lanceur l’alerte haut placé du FBI affirme qu’ils ont des preuves que la CIA est directement impliquée en Syrie « sur le terrain » dans l’entraînement de leurs agents de renseignement, leurs équipes de forces spéciales et la formation de leurs tireurs d’élite.

Des informateurs affirment également qu’avec l’extrémiste Avigdor Lieberman à la tête du Ministère de la Défense Israélien, Israël va préparer une opération au Liban pour soutenir l’EIIL et al-Nusra. Des sources affirment qu’Israël croit que les groupes terroristes peuvent agir comme une force d’interposition contre la résurgence militaire du Hezbollah, qui progresse contre l’EIIL ville après ville, aux côtés de l’Armée Arabe Syrienne revigorée entraînée par la Russie.

Des sources en Israël sont également certaines que ce type d’action exposerait les villes Israéliennes à un bombardement de missiles qui révélerait le « Dôme d’acier » comme une  supercherie effective, un sacrifice que Lieberman, un bolchevik de la vieille école, est prêt à faire pour justifier d’attaquer l’Iran. La source indique que ce plan est largement basé sur une victoire de Trump à la présidentielle, dont le patron des jeux Sheldon Adelson a accepté de financer l’élection par des « fonds occultes » de près de 3 milliards de $ provenant de ses casinos de Macao.

L’arrière-plan

Les tiraillements Américano-Russes dans la guerre en Syrie ont masqué l’accélération des évènements qui se produisent dans le monde. Les deux superpuissances montrent leurs muscles dans une épreuve de force malgré les ententes préalables conclues entre Obama et Poutine.

Une source Russe a déclaré à VT : « personne ne sait ce qu’il y a dans la tête du Tsar Russe à moins de la faire éclater ». Le Président Vladimir Poutine,  ancien officier du KGB, a compris que les Américains jouaient la montre dans la trêve à Alep, en utilisant la technique de la porte tournante. « L’afflux de militants en provenance de la frontière Turque ne s’est jamais interrompu, alors que l’afflux d’armes se fait par à-coups », selon un témoin oculaire.

Une source militaire Syrienne a déclaré : « il est évident que les Russes essaient maintenant d’éviter toute confrontation directe avec les Américains sur le terrain. Pourtant le Pentagone empêche toujours des sorties conjointes avec les militaires Russes pour frapper les bastions de l’EIIL et d’al-Nusra.

En outre, la soi-disant opposition modérée soutenue par les Etats-Unis, qui comprend les Frères musulmans et des groupes affiliés à al-Qaida ne cessent de transgresser le cessez-le-feu, et les Américains ferment les yeux sur leurs pratiques et les massacres qu’ils commettent quotidiennement à Alep et dans d’autres provinces Syriennes.

VT a compris qu’il existe un plan militaire Russe en cours d’exécution pour mettre fin aux violations des terroristes et pour freiner l’avance des forces démocratiques Syriennes aux côtés de l’Armée des Rebelles pour prendre Raqqa comme prévu par les Américains. L’Armée Syrienne progresse maintenant dans l’est de Ghouta avec l’aide des combattants du Hezbollah, ainsi que dans les banlieues de Damas.

____________

© Veteran’s Today

Traduction Patrick rev Isabelle

Dejar respuesta

Please enter your comment!
Please enter your name here